M. Chami appelle les entreprises à saisir les opportunités réelles offertes par le PNEI

Casablanca- Le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, M Ahmed Reda Chami, a appelé, mercredi à Casablanca, les entreprises marocaines à saisir “les opportunités réelles” offertes par le Pacte nationale pour l’émergence industrielle (PNEI), plaidant en faveur d'”une mobilisation continue” pour mener à bon terme ce chantier.

Les entreprises marocaines, et en particulier les PME, sont appelées à saisir les opportunités réelles qui leurs sont offertes et profiter de la visibilité apportée par ce Pacte”, signé en février 2009 à Fès, a souligné M. Chami dans un exposé devant SM le Roi à l’ouverture des premières assises de l’industrie.

Les entreprises marocaines, et en particulier les PME, sont appelées à saisir les opportunités réelles qui leurs sont offertes et profiter de la visibilité apportée par ce Pacte”, signé en février 2009 à Fès, a souligné M. Chami dans un exposé devant SM le Roi à l’ouverture des premières assises de l’industrie.

Selon le ministre, il est primordial pour les différentes parties, publiques et privées, de “maintenir leur mobilisation pour continuer à exécuter les engagements du Pacte”, qui porte sur la période 2009-2015.

Le Maroc, a-t-il dit, est disposé plus que jamais à avoir une industrie compétitive capable d’investir, de créer des emplois, de générer de la richesse et d’exporter vers le monde des produits de qualité “Made in Morocco”.

Dressant un bilan synthétique des réalisations accomplies une année après le lancement du PNEI, M. Chami a indiqué, au sujet de la compétitivité des PME, que “la plupart des mesures identifiées ont été réalisées” et que le Royaume dispose désormais d’un arsenal d’appui complet et adéquat.

“Le programme Moussanada, qui permet de subventionner jusqu’à 60 pc des plans de modernisation (des PME), a été mis en place avec succès”, a précisé le ministre, rappelant que ce programme permet aux entreprises de bénéficier de l’appui de l’Etat pour installer leurs propres systèmes d’information, de qualité et de gestion de ressources humaines.

M. Chami a en outre indiqué que le programme Imtiaz était déjà opérationnel et qu’il permet de subventionner jusqu’à 20 pc des projets d’investissement des PME.

Le ministre a d’autre part annoncé la création, en juillet prochain, de deux fonds publics-privés qui prendront des participations dans les PME.

“Cet outil, très bien accueilli par les opérateurs financiers, permettra, en renforçant les fonds propres des PME, de faciliter leur accès au crédit”, a-t-il assuré.

En ce qui concerne les métiers mondiaux du Maroc, M. Chami a expliqué que le principe, pour ces six secteurs (offshoring, industrie automobile, aéronautique électronique, textile et cuir, agroalimentaire), consiste à présenter l’offre Maroc aux investisseurs et en faire une promotion adéquate pour les attirer.

Pour l’offshoring, le ministre a indiqué que 22 entreprises dédiées à ce secteur ont bénéficié de cette offre à travers le remboursement de l’Impôt sur le Revenu, pour un montant total de 30 millions de Dirhams en 2009.

Il en est de même du secteur de l’automobile, marqué par la réalisation de 10 projets qui ont bénéficié, malgré la crise économique mondiale, des aides à l’installation du Fonds Hassan II pour le développement économique et social, pour un montant de contribution total de 64 millions de dirhams, a poursuivi M. Chami.

Dans le secteur Textile et Cuir, a-t-il ajouté, “des efforts supplémentaires seront déployés au cours des prochains mois pour attirer les acteurs qui viendront assurer une meilleure disponibilité des intrants et des services de finition”.

SeIon le ministre, ces actions sont à même de permettre le renforcement de la réactivité de cette filière.

M. Chami a insisté sur l’intérêt porté dans le cadre du PNEI au secteur des industries agroalimentaires avec une attention particulière à la création de conditions propice au développement d’acteurs plus innovants et plus volontaires sur le marché national et à l’export.

“Deux piliers importants pour le développement de ce secteur évoluent en synergie avec le Plan Maroc Vert, il s’agit du développement des filières intégrées comme l’huile d’olive et la réorganisation des filières des denrées de base”, a-t-il noté.

Qualifiant la composante formation du Pacte de “clé de la réussite de ce chantier d’envergure”, M. Chami a affirmé que le mécanisme d’adéquation de la formation aux besoins des entreprises a été mis en place et qu’au terme de la première année de la mise en oeuvre du PNEI, les filières à créer, à renforcer, à réorienter pour chaque secteur ont été identifiées.

Le ministre a décliné également l’état d’avancement des projets de plateformes industrielles intégrées (P2I) prévus par le PNEI, soulignant en substance que “de nombreux chantiers y afférents évoluent positivement”.

Selon M. Chami, les travaux des P2I de Fès et d’Oujda ont démarré en 2009, alors que ceux de la plateforme de Kénitra, Atlantic Free Zone, démarreront lors des prochaines semaines.

Ces plateformes viendront s’ajouter à celles dédiées à l’offshoring, notamment Casanearshore et Rabat Technopolis.

Initiée par le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), la 1ére édition des assises de l’industrie a pour principaux objectifs de réunir toutes les parties prenantes (secteurs privé et public) du PNEI afin de faire un bilan d’étapes relatif à sa 1ère année de mise en oeuvre.